Perdre un homme à la mer...

Je reçois par abonnement (http://www.caphorniersfrancais.fr) quelques récits inédits rédigés par des capitaines ou membres d’équipage de grands voiliers du temps des cap-horniers. L’intérêt de ces récits, qui ne sont parfois que de simples rapports de mer, se trouve à la fois dans leur apparente banalité pour l’époque, leur étrangeté pour nous, leur grande précision nautique et souvent leur parfaite qualité littéraire même lorsqu’ils étaient rédigés par de simples matelots (merci Jules Ferry).

Celui-ci peut être intéressant pour les skippers ou équipiers du Marche-Avec car, bien que l’évènement rapporté se passe à bord d’un quatre-mâts, il montre que même par beau temps, même pour une manœuvre ou une activité de routine, on peut perdre un homme par dessus bord au moment où l’on s’y attend le moins.


Cliquez ICI pour lire cet émouvant rapport de mer de Louis François Bourgain, capitaine du cap-hornier Hélène établi le 11 mai 1911


Ci-dessous le premier rapport de mer du Capitaine Bourgain

Posts à l'affiche
Posts récents
Archives
Recherche par mots-clés