Association " Les Amis du MARCHE-AVEC "

CVB_logo_concarneau_rvb.png
14 MAI 59 murs ville close - copie.jpeg

le 14 mai 2021 à Concarneau

Les bateaux sont l’un des patrimoines les plus précieux de Bretagne.

Au début du XXe siècle, Concarneau était le premier port sardinier de France et des dizaines de cotres-sardiniers animaient ses bassins. Le Marche-Avec a été offert en 1994 à la ville de Concarneau mais c’est l’association des Amis du Marche-Avec qui continue d’assurer son entretien courant et de le faire naviguer, avec le soutien financier annuel de la ville de Concarneau et l’aide ponctuelle du Département et de la Région.

Le bateau a été classé Bateau d’Intérêt Patrimonial en 2011.

QUE DEVIENT LE COTRE SARDINIER « MARCHE-AVEC » ?

 

De nombreux Concarnois, habitants des communes alentour et visiteurs se demandent pourquoi ils ne voient plus la silhouette du « Marche-Avec » entrer et sortir du port ou se reposer derrière la Ville Close comme chaque hiver.

Pourtant, le côtre sardinier de Concarneau existe toujours et rêve de reprendre la mer, mais cela mérite quelques explications.

Au cours des deux années 2020 et 2021 le bateau a subi plusieurs mésaventures, liées en grande partie au confinement et à des séjours à sec très longs et très ensoleillés qui ont provoqué un dessèchement important de la coque en bois.

La Ville de Concarneau, propriétaire du Marche-Avec, a accepté alors, en mars 2022, notre proposition de lancer des travaux de vérification et remplacement de certains bordés sur le site du Chantier du Minaouët à Trégunc.

 

Malheureusement, ces travaux, effectués par un professionnel, ont vite révélé l’ampleur des dégâts: construite en bois exotique, la partie immergée de la coque est très dégradée par pourrissement interne du bois et doit être rebordée entièrement, de préférence en chêne comme cela se fait traditionnellement pour ce type de bateau.

Mauvaise surprise, tant pour les bénévoles de notre association que pour la Ville de Concarneau. Celle-ci, responsable du financement des travaux en tant que propriétaire, nous a alors demandé de ranger le bateau à l’abri (il se trouve actuellement sous hangar au Chantier du Minaouët) et d’obtenir des devis de réfection de la coque en chêne auprès de différents chantiers spécialisés.

En août, deux chantiers professionnels, Henaff au Guilvinec et Les Charpentiers de Cornouaille à Douarnenez, ont examiné le Marche-Avec et nous ont remis des devis fermes : la charpente est solide, mais il faut compter environ 100.000 € pour refaire à neuf l’ensemble de la coque.

Lors d’une rencontre en septembre, le maire de Concarneau nous a fait part de son souhait d’une remise en état durable du bateau, et de son espoir de dégager la somme nécessaire lors de la présentation et du vote du budget en mars 2023, ce qui aurait permis de sauver la « saison » à partir de juin ou juillet.

 

Mais le sort n’avait pas fini de s’acharner sur le Marche-Avec : l’augmentation massive des charges des communes, notamment en électricité, et les engagements financiers déjà pris par la Ville l’obligent à arbitrer ses dépenses et définir des priorités: notre chantier n’en fera pas partie, du moins pas au budget de mars 2023. Le bateau ne naviguera donc toujours pas au printemps prochain.

L’Association des Amis du Marche-Avec, son conseil d’administration et ses quatre chefs de bord peuvent comprendre les contraintes budgétaires de la Mairie, même s’ils regrettent ses choix. Mais n’ayant pas d’autre source de financement à la hauteur de l’enjeu pour aider la Ville, nous ne pouvons plus œuvrer à la navigation et à l’entretien du bateau selon nos statuts. L’association décide donc de se mettre « en pause », tout en restant vigilante et disponible dès que la Ville décidera de lancer les travaux nécessaires.

Rappelons que le Marche-Avec embarque, outre les membres de l’association pour une cotisation très modeste ouverte à tous, des groupes de jeunes en difficulté et tout autre groupe recommandé par la mairie, et qu’il représente la Ville dans les différents rassemblements de vieux gréements et manifestations maritimes. C’est donc une partie de l’image et de la culture maritime de Concarneau qui est aujourd’hui en jeu, et en danger d’abandon.

 

 

Renouveler son adhésion :

 

Certains d’entre vous ont profité traditionnellement du Carrefour des Associations pour le faire, mais il est maintenant temps pour les autres d’y songer.

Le secrétariat de l’Association va mettre à jour les fichiers 2022 en attendant la préparation de l’AG annuelle. Pour cela, toujours deux manières de procéder :

 

- En utilisant le site HelloAsso (https://www.helloasso.com/), qui est de loin la manière la plus simple, la plus rapide et complètement sécurisée.

Il vous suffit de vous rendre sur le site en suivant le lien ci-dessous, de choisir votre type d’adhésion et de vous laisser guider.

Vous pourrez ainsi télécharger votre récépissé de règlement et votre carte d’adhérent 2022 :

 

https://www.helloasso.com/associations/les-amis-du-marche-avec/adhesions/adhesion-les-amis-du-marche-avec-2022

 

- De manière plus traditionnelle, mais plus longue à gérer pour nous, en imprimant et en remplissant

le formulaire d’adhésion situé en document attaché à cette Chronique,

et en le renvoyant accompagnée du règlement à :

 

Association Les Amis du Marche-Avec

Maison des Associations

26, rue du Maréchal FOCH

29900 CONCARNEAU

19- MA échoué 2019 ECHOUAGE DSC_1888_D

Chaque année plusieurs centaines d'heures de travaux sont réalisées par des membres de l'association.

Ce travail est bénévole. C'est grâce à l'investissement personnel de tous ces acteurs que le Marche-Avec peut naviguer avec élégance et sécurité dès le printemps.

La période de désarmement du Marche-Avec se passe chaque année en deux temps :

- Vers le fin du mois d'octobre ou début novembre le cotre est désarmé, vidé, nettoyé et vient mouiller,  béquillé, sur amarrage derrière la Ville Close de Concarneau à l'abri des vents et du ressac. Il y passe l'hiver en sommeil humide mais tranquille...

- Au début de chaque printemps, il est gruté, transporté puis béquillé au Chantier du Port au Sec pour recevoir les soins appropriés.

Les travaux sont variables d'une année à l'autre mais il y a des constantes incompressibles :

- Vérification des oeuvres vives et mortes (bois et charpente).

- Etat du gréement

- Peinture

- Electricité

- Mécanique moteur, etc.

Ces travaux durent entre 4 et 6 semaines et la remise à l'eau se fait en général autour de fin avril.