Jeudi 21 février, séance de sensibilisation à la sécurité en mer

PowerPoint de l'atelier animé par Pascal.T

Image1.jpg

Cliquez sur le bouton ATT pour obtenir la présentation.

Vous devez posséder Microsoft Powerpoint pour cette visualisation

Un complément illustratif

" Pour se remettre dans le bain "    quel beau jeu de mot !!!

Beau reportage, une équipe qui assume ....

La bastaque- palan du Marche Avec leur aurait été bien utile ........

N.B. les passe-avant inclinés, étroits et glissants demeurent une aberration moderne !

https://www.youtube.com/watch?v=Twteu27giBA&feature=youtu.be

 

Regardez attentivement cette vidéo faite en janvier de cette année 2019 en Irlande : vous porterez toujours votre gilet et vous vous souviendrez de cette parole d'Henri Queffelec : "Un bateau est dangereux avant d'être beau".

Un additif de Bernard.H : cette efficace et réelle manoeuvre de récupération par temps assez fort est une des versions possibles. On notera, en particulier, qu'aucun engin flottant n'est envoyé et que le bateau n'est pas stoppé. C'est une façon de faire peu orthodoxe et non conseillée. Par contre, le mayday est immédiatement déclenché. La manoeuvre se fait donc au moteur dans la foulée, après avoir amené toute la voilure et Elle dure environ 5 minutes 45 secondes pour ramener le naufragé à bord. C'est l'essentiel ; une solution qui réussit dans un cas précis devient, factuellement, la "bonne" solution pour un équipage à un moment t. La température moyenne de l'eau au mois de janvier en baie de Dublin est de 7 à 9°C. Il faut donc faire vite mais persévérer. Des cas de sauvetage au-delà de 45 minutes ou plus existent.

Je conseille aux équipiers du Marche-Avec de regarder également les manoeuvres de MOB dites "quick and stop" présentées dans les deux dernières éditions du cours des Glénans.

Pour compléter cette obsédante manoeuvre MOB, signalons que - en 2016 - nous l'avons pratiquée sur le Marche-Avec en exercice réel (par surprise de l'équipage, encore merci à Marin et Julie et aux combinaisons néoprène...) par beau temps mais sous voiles seules avec un équipier dit conscient et valide. Entre le top de la chute et la récupération complète à bord de la victime participante - dans des conditions très favorables - il s'est écoulé environ 8 minutes. L'équipage du Marche-Avec en action était normalement entrainé.

C'est la répétition de ce type de manoeuvre qui peut garantir le succès des opérations en conditions réelles.